Soyez flexible du flux. Recevez une alerte mail à chaque nouvelle parution.

samedi 25 juin 2011

Chez moi encore, toujours la même rue.

Sur la vitrine de la boutique de fringues pour vieilles, il y avait écrit : "La totalité doit être anéantie"... J'ai trouvé ça relativement radical comme prise de position de la part d'un petit commerçant habituellement consensuel avec sa clientèle fragile des nerfs. 

Peut être que la fermeture approchante de son échoppe, (l'imminence de la fluidité globale ou de la liquidance entière, je ne sais plus) l'avait rendu à un désespoir tel qu'il souhaitait l'avènement du rien pour tout un chacun... 

Etrange, cette obsession de l'être qui tombe et qui veut faire de sa gravité une loi universelle. 


Aucun commentaire: